Invitation à l’AG de l’EPIC le lundi 25 janvier à 18h00 à la Haute-Pièce

L’ensemble de l’ÉPIC vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2021

Nous avons également le plaisir de vous inviter à l’Assemblée Générale de l’ÉPIC qui aura lieu le

Lundi 25 janvier 2021 à 18h

dans la salle de la Haute-Pièce

à la Clinique de La Chesnaie, Chailles

Au plaisir de vous y retrouver, d’échanger et

d’élire les nouveaux membres du prochain CA

Cet horaire a été choisi afin de faciliter la venue de personnes souhaitant assister à l’assemblée générale puis rentrer à leur domicile avant l’heure du couvre-feu qui est actuellement appliqué sur le territoire.

Nous vous tiendrons informés si de nouvelles décisions gouvernementales impliquent de modifier le jour ou l’horaire de l’assemblée.

Compte tenu des restrictions sanitaires l’accueil dans la salle sera limité à 25 personnes.

Vous pouvez nous informer de votre venue en répondant à ce mail, ou donner procuration à la personne de votre choix.

Pour prendre soin de toutes et tous venons masqués.

Report de l assemblée générale en janvier 2021.

Bonsoir à toutes et à tous,

Nous vous informons que l’assemblée générale de l’ÉPIC qui devait avoir lieu le lundi 14 Décembre 2020 à 19h est finalement reportée au début d’année 2021.

Nous espérons que cet événement sera une occasion d’échanges avec plusieurs d’entre vous.

Nous vous informerons de la nouvelle date de l’assemblée générale très prochainement.

Nous vous souhaitons une belle fin d’année malgré les contraintes qui accompagnent cette période,

Épicalement,

Assemblée Générale de l Epic le lundi 14 décembre à 19h, à la Haute-Pièce

Nous avons le plaisir de vous inviter à
l’Assemblée Générale de l’ÉPIC Lundi 14 Décembre 2020 à partir de 19h dans la salle de la Haute-Pièce
à la Clinique de La Chesnaie, Chailles. Au plaisir de vous y retrouver, d’échanger et
d’élire les nouveaux membres du prochain CA
Compte tenu des restrictions sanitaires l’accueil dans la salle sera limité à 25 personnes.
Vous pouvez nous informer de votre venue en répondant à ce mail, ou donner procuration à la personne de votre choix.
Pour prendre soin de toutes et tous venons masqués.

Garanti sans virus. www.avast.com

Lundi 19 octobre 2020, avec Isabelle Affolter, autour de « De l’errance au chemin de halage », de 21h à 23h, à la Haute-Pièce

Dans les années 1980, des centres d’accueil pour femmes victimes de violences conjugales, sortantes de prison ou de psychiatrie fleurissent sur le territoire. Chaque institution est marquée par les circonstances de sa naissance et par les hommes et les femmes qui la font vivre, qu’ils soient professionnels ou usagers.Le livre raconte l’histoire d’un lieu, les histoires des femmes qui y sont passées plus ou moins rapidement, qui y ont vécu parfois longtemps, histoires de rencontres, de vie, d’amour, de folie, de mort.

La conférencière:Après des études de sociologie à la Sorbonne dans les années 1970, Isabelle Affolter a fait de l’artisanat dans les Cévennes,avant de travailler à la clinique de La Chesnaie comme monitrice en 1977. En 1981 elle créé et devient directrice d’un centre d’hébergement pour femmes et enfants en difficultés pendant 25 ans dans le Gard. Parallèlement,elle a une pratique de psychanalyste en cabinet de 1988 à 2017 à Nîmes, puis s’installe à Blois en 2019.

Accueillir des femmes en détresse
Le quotidien d’un centre d’hébergement d’Isabelle Affolter aux Editions Eres

Les Rendez-vous de l’ Histoire « Gouverner »

Aller au festival

INFORMATIONS PRATIQUES

23èmes Rendez-vous de l’histoire de Blois « Gouverner »
Du 7 au 11 octobre 2020

Mesures et protocole À destination du public en rÉponse À la crise de la COVID-19 ÉlaboRÉ avec les autoritÉs prÉfectorales 1

  •  Masque obligatoire sur tous les sites du festival (salles, salon du livre, files d’attentes, expositions, …).
  •  Gel et/ou solution hydroalcoolique à disposition du public sur tous les sites du festival.
  •  Respect des distances de sécurité.
  •  Mises en place de sens de circulation et mesures de séparation des flux de publics, lorsque c’est nécessaire.
  •  Nettoyage et désinfection régulière de tous les sites.
  •  Aération au maximum de chaque salle (fenêtres/portes ouvertes, systèmes de renouvellement d’air, …).
  •  Jauges de public limitées pour garder un siège libre entre personnes ne se connaissant pas.
  •  Suppression de tous les cocktails liés aux inaugurations et aux remises de prix.

L’organisation des Rendez-vous de l’histoire et ses partenaires veilleront à ce que ces mesures soient appliquées rigoureusement pour assurer que ce rassemblement populaire se passe dans des conditions sanitaires irréprochables

1 Ce protocole vise à respecter les règles en vigueur au moment de son élaboration, le 2 septembre 2020 et pourra être amendé selon l’évolution de la situation sanitaire et de la réglementation.

Tous les lieux sont identifiés par un numéro. Pour connaître le lieu correspondant à la rencontre que vous cherchez, merci de vous reporter au plan en dernière page

DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ

Comme de nombreux événements culturels, sportifs et publics, les Rendez-vous de l’histoire doivent, en lien avec les autorités compétentes, renforcer les dispositifs de sécurité. Ces mesures ont pour objectif d’accueillir les festivaliers dans les meilleures conditions. Nous vous remercions de votre coopération et de votre compréhension.

QUELQUES CONSEILS ET RAPPELS :
– Certaines voies de circulations seront fermées en centre-ville. – Arriver en avance aux différentes séances. – Ouvrir vos sacs et vos objets de transport aux contrôles effectués sur l’ensemble des sites. – Conformément à la législation relative aux établissements recevant du public, il est interdit d’introduire dans l’enceinte des sites, tout objet encombrant (grands sacs, valises, casques de moto…) ou présentant un danger pour autrui ou pour soi-même. – Il est interdit d’entrer dans les sites du festival avec des objets contenant du liquide. Par conséquent, ne sont pas autorisés : les bouteilles d’eau, les boissons non-alcoolisées et alcoolisées, les contenants en verre et les canettes en métal. – Compte-tenu du nombre important de visiteurs et dans le cadre de VIGIPIRATE, il n’y a pas de système de consigne. – L’accès pourra être refusé à toute personne ne se soumettant pas à ces formalités.


 


Billetterie


Le festival est entièrement libre et gratuit (hors cinéma et spectacles) mais le nombre de places est limité par la capacité des salles.

Le festival est entièrement libre et gratuit (hors certaines séances de cinéma et spectacles) mais le nombre de places est limité par la capacité des salles. Afin de réduire les files d’attente et faciliter l’accès au public, un nouveau système de contremarque est mis en place pour certains lieux : Université, Conseil départemental, Préfecture, Bibliothèque Abbé-Grégoire, cinéma Les Lobis, Château royal et Maison de la magie. Les tickets sont à retirer dans le chalet le plus proche, ou au guichet pour Les Lobis.
Un festivalier ne peut retirer que 2 tickets par rencontre, pour 3 rencontres maximum dans la même journée.


Les tickets sont mis en circulation chaque jour dès 9h du matin, pour toutes les rencontres de la journée débutant après 11h.

Les rencontres débutant avant 11h ne sont pas concernées.


Les porteurs de billets sont prioritaires mais doivent se présenter au plus tard 10 min. avant l’horaire indiqué sur le ticket. Au-delà, les tickets ne sont plus valables et les places sont réattribuées. Les personnes qui ne possèdent pas de ticket peuvent accéder aux rencontres, sans garantie dans la limite des places disponibles, en se présentant directement à l’entrée des salles.

OUVERTURE DU SALON DU LIVRE :


–        le vendredi 9 et samedi 10 octobre 2020 : de 10h00 à 19h30,

–        le dimanche 11 octobre 2020 : de 10h à 18h30.
 


Les Rendez-vous Hors de la ville / Navettes
Salon du livre ancien


Pour la huitième fois cette année, un Salon du livre ancien viendra enrichir l’offre proposée aux festivaliers. Libraires anciens et bouquinistes présenteront leurs meilleurs ouvrages et documents liés à l’Histoire. Ecrits et livres anciens seront présentés dans un village de chalets à proximité de la Halle aux Grains, place Jean Jaurès.


Un marché du terroir

est installé place de la République.

Documents utiles

Programme chronologique 2020

Lundi 12 octobre 2020, Conférence gesticulée « Rassurez-vous, vous êtes suivis » Par Clément Cappe, de 19h00 à 21h00, à l’Espace Quinière à Blois

En partenariat avec l’Alep (Association de loisir et d’éducation populaire) de Blois
conf_clement_cappe_ptite_lux-dc0ba9v
« J’ai fait un petit séjour à l’Hôpital Psychiatrique, j’ai rencontré quelques institutions civiques, et aujourd’hui j’me dis que : faut qu’on s’applique à se réapproprier collectivement le schmilblick !
Alors entre vous et moi, je mets mon je en jeu, tapis ! Et tant pis pour mes émois, j’prends mon errance par les cornes, et j’en joue une conférence en corps ! »
Tarif : 3€ adhérent.e.s / 5€ non-adhérent.e.s
Plus d’informations sur : https://www.alep-blois.fr/conferences/

Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) se déroulent chaque année en France.

Elles ont pour but de sensibiliser l’opinion publique et déstigmatiser les personnes souffrant de troubles psychiatriques.
Afin d’atteindre ces objectifs, des animations et conférences sont organisées partout en France.

Journée mondiale de la santé mentale le 10 octobre 2020

Journée mondiale de la santé mentale : une occasion de stimuler à grande échelle les investissements dans la santé mentale

27 août 2020 Communiqué de presse Genève

Communiqué de presse conjoint : Organisation mondiale de la Santé, United for Global Mental Health, Fédération mondiale pour la santé mentale

La santé mentale est l’un des domaines les plus négligés de la santé publique. Près d’un milliard de personnes souffrent d’un trouble mental, 3 millions de personnes meurent chaque année des conséquences de l’usage nocif de l’alcool et une personne se suicide toutes les 40 secondes. De surcroît, des milliards de personnes dans le monde sont actuellement touchées par la pandémie de COVID-19, qui elle aussi a des répercussions sur la santé mentale.

Pourtant, relativement peu de personnes dans le monde bénéficient de services de santé mentale de bonne qualité. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, plus de 75 % des personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques ou dus à l’usage de substances psychoactives ne sont pas soignées du tout. De plus, la stigmatisation, la discrimination, les législations répressives et les violations des droits de l’homme sont encore fréquentes.

Déjà limité avant la pandémie, l’accès à des soins de santé mentale de bonne qualité et financièrement abordables, surtout dans les situations d’urgence humanitaire et les zones de conflits, a été encore réduit par la pandémie de COVID-19, qui a perturbé les services de santé partout dans le monde. Les principales raisons en ont été l’infection et le risque d’infection dans les institutions de long séjour comme les hospices et les établissements psychiatriques ; les restrictions aux relations en face-à-face ; la contamination du personnel soignant par le virus ; et la fermeture des établissements de santé mentale, transformés en centres de soins pour les malades de la COVID-19.

Agir pour la santé mentale : investissons !

Voilà pourquoi cette année, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, l’OMS, en partenariat avec l’organisation United for Global Mental Health et la Fédération mondiale pour la santé mentale, appelle à investir massivement dans la santé mentale. Pour encourager l’action publique à travers le monde, une campagne intitulée Agir pour la santé mentale : investissons ! démarrera en septembre.

« La Journée mondiale de la santé mentale est l’occasion de s’unir au niveau mondial pour accorder à la santé mentale l’attention qu’elle n’a pas reçue par le passé », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé. « Les effets de la pandémie de COVID-19 sur le bien-être mental des gens se font déjà sentir, et ce n’est que le début. Si nous ne nous engageons pas dès à présent à investir davantage dans la santé mentale, les conséquences sanitaires, sociales et économiques seront considérables. »

Au cours des derniers mois, l’Organisation mondiale de la Santé a publié en collaboration avec ses partenaires des recommandations et des conseils sur la santé mentale à l’intention du personnel soignant et des autres intervenants de première ligne, des responsables d’établissements de santé et des personnes de tous âges dont la vie a considérablement changé à cause de la pandémie. La perturbation des services de santé oblige les pays à trouver des solutions innovantes pour dispenser des soins de santé mentale, et des initiatives destinées à renforcer l’aide psychosociale ont vu le jour. Mais compte tenu de l’ampleur du problème, les besoins en matière de santé mentale restent en grande partie non satisfaits. Les efforts se heurtent au manque chronique d’investissements dans la promotion de la santé mentale, la prévention et les soins constaté de longue date avant la pandémie.

Les pays ne consacrent que 2 % de leur budget santé à la santé mentale

En moyenne, les pays ne consacrent que 2 % de leur budget santé à la santé mentale. Bien qu’ayant quelque peu augmenté ces dernières années, la part de l’aide internationale au développement allouée à la santé mentale n’a jamais dépassé 1 % de l’aide totale. Or, pour 1 $ investi dans le traitement à plus grande échelle des troubles mentaux courants comme la dépression et l’anxiété, le gain en matière de santé et de productivité est de 5 $.

Journée mondiale de la santé mentale : une occasion de s’engager

La campagne de la Journée mondiale de la santé mentale permettra à chacun d’entre nous, principalement en ligne puisque la pandémie se poursuit, de faire un geste positif : en tant qu’individus, prendre des mesures concrètes pour notre propre santé mentale et aider nos amis et nos proches qui en difficulté ; en tant qu’employeurs, commencer à mettre en place des programmes pour le bien-être des employés ; en tant que gouvernements, s’engager à créer des services de santé mentale ou à les développer ; et en tant que journalistes, expliquer ce que l’on peut et que l’on doit faire de plus pour mettre les services de santé mentale à la disposition de tous.

« La première Journée mondiale de la santé mentale a été organisée il y a près de 30 ans par la Fédération mondiale pour la santé mentale », a rappelé la Dre Ingrid Daniels, Présidente de la Fédération. « Depuis, on parle de plus en plus ouvertement de la santé mentale dans beaucoup de pays du monde. Mais il faut maintenant mettre ces paroles en actes. Nous devons faire des efforts concertés pour mettre sur pied des systèmes de santé mentale adaptés au monde d’aujourd’hui et de demain. »

« Il y a tellement de personnes qui ne bénéficient pas de services de santé mentale adaptés et de bonne qualité qu’il est plus que jamais nécessaire d’investir », a déclaré Elisha London, fondatrice et Présidente de l’organisation United for Global Mental Health. « Tout le monde, partout, peut participer à la campagne de cette année. Que vous ayez eu vous-même des problèmes mentaux, que vous connaissiez quelqu’un qui en souffre, que vous soyez spécialiste de la santé mentale ou tout simplement si vous pensez qu’il est utile d’investir dans la santé mentale, agissez pour cette cause et contribuez à rendre l’aide et les soins accessibles à tous. »

AUTRES événements…

United for Global Mental Health : la marche de 24 heures pour la santé mentale

Le 9 octobre, des personnes du monde entier seront encouragées à participer à une marche virtuelle. Des témoignages personnels joints aux interventions de responsables de la santé mentale et de personnalités influentes issues de groupes de la société civile déjà actifs dans 19 pays sous la bannière de la campagne Speak Your Mind seront retransmis en direct pendant 24 heures. De plus, les organisations mondiales partenaires qui dirigent et coordonnent l’action menée dans le domaine de la santé mentale organisent des séances d’une heure sur des thèmes donnés, comme la santé mentale et les jeunes, la santé mentale et les personnes âgées ou encore la santé mentale et la communauté LGBT. Au nombre des partenaires confirmés figurent Human Rights Watch et Alzheimer’s Disease International. Cette marche contribuera à sensibiliser l’opinion aux problèmes de santé mentale, à combattre la stigmatisation et à susciter un changement de politique. Le public sera invité à se joindre à l’appel et à participer à la marche au moyen de filtres en ligne qui seront diffusés en amont de l’événement.

OMS : le grand rendez-vous de la santé mentale

Lors de la Journée mondiale de la santé mentale, le 10 octobre, l’Organisation mondiale de la Santé organisera pour la toute première fois une campagne de sensibilisation en ligne sur le thème de la santé mentale. Par cette campagne – le grand rendez-vous de la santé mentale – l’OMS fera connaître le travail que son personnel accomplit à travers le monde pour lutter contre les troubles mentaux, l’usage nocif de l’alcool et l’abus de drogues. Des dirigeants et des spécialistes du monde entier s’associeront au Directeur général de l’OMS pour parler de leur engagement en faveur de la santé mentale et de ce qu’il reste à faire. Des musiciens mondialement connus qui se sont exprimés sur l’importance de la santé mentale parleront de leur motivation et joueront à cette occasion. Des sportifs et des femmes dont la vie a été perturbée par des troubles mentaux raconteront leur expérience et comment ils ont affronté des problèmes comme la dépression et l’anxiété.

Lors de ce rendez-vous, un Prix spécial sera décerné à un film sur la santé mentale, catégorie nouvellement créée pour le premier Festival du film « Santé pour tous » organisé par l’OMS.

Fédération mondiale pour la santé mentale : information et sensibilisation

La campagne de la Fédération démarre le 1er septembre avec la présentation, par la Présidente, du dossier didactique « Mental Health for All: Greater Investment – Greater Access » sous le haut patronage de S. A. R. la princesse Iman Afzan Al-Sultan Abdullah de Malaisie. Celui-ci comprend un appel à l’action 2020 de Pamela Y. Collins et Deepa Rao et sa publication sera suivie de 45 jours d’activités de sensibilisation dirigées par la section jeunesse de la Fédération, notamment un forum mondial de discussion en ligne et une exposition artistique.

Organisation mondiale de la Santé

L’Organisation mondiale de la Santé est l’organisme chef de file en matière de santé dans le système des Nations Unies. Fondée en 1948, l’OMS collabore avec 194 États Membres, dans six Régions et dans plus de 150 bureaux, pour promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables. Notre objectif pour 2019-2023 est de faire en sorte qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu’un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d’urgence et qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien-être.

www.who.int/campaigns/world-mental-health-day

@WHO

 United for Global Mental Health

United for Global Mental Health rassemble la communauté mondiale de la santé mentale, les gouvernements, les bailleurs de fonds et les militants pour faire en sorte que chacun, où qu’il se trouve, puisse faire appel à quelqu’un s’il a des problèmes de santé mentale. Cette organisation à but non lucratif a été créée à l’ONU en septembre 2018.

www.unitedgmh.org

@UnitedGMH

Speak your Mind est une campagne dirigée au niveau national mais concertée au niveau mondial sous l’impulsion de United for Global Mental Health. Défendant le principe de la santé mentale pour tous, elle rassemble des personnes ayant souffert ou souffrant de troubles mentaux, des spécialistes et des organisations de la société civile pour exhorter les dirigeants à accorder une plus grande attention à la santé mentale en lui consacrant davantage d’investissements et en privilégiant l’autonomisation et la sensibilisation. La campagne est menée par des militants de 19 pays : Afrique du Sud, Argentine, Australie, États-Unis d’Amérique, Ghana, Inde, Indonésie, Kenya, Libéria, Népal, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pérou, Philippines, Royaume-Uni, Sierra Leone, Sri Lanka et Tonga.

www.gospeakyourmind.org

@gospeakyourmind

Fédération mondiale pour la santé mentale

La Fédération mondiale pour la santé mentale est une organisation internationale de caractère associatif fondée en 1948 pour renforcer, parmi tous les peuples et toutes les nations, la prévention des troubles mentaux et émotionnels, le traitement et la prise en charge corrects des personnes qui en sont atteintes et la promotion de la santé mentale. La Fédération est l’initiateur de la Journée mondiale de la santé mentale.

https://wfmh.global/

@WMHDay

Lundi 10 février 2020, avec Christine Gaucher, autour du livre : « Louange, l’enfant du placard. Psychothérapie analytique d’un enfant autiste », de 21h à 23h, à la Haute-Pièce

9782917714225-475x500-1
Accessible et remarquable, un ouvrage retraçant les processus de construction et de développement du psychisme d’un enfant autiste au cours d’une prise en charge de plusieurs années en CMP.
« Voici un livre touchant et profond qui va réjouir nos contemporains qui estiment que la psychanalyse a quelque chose à proposer pour les enfants autistes, et plus largement, tous ceux auxquels rien de ce qui est humain n’est étranger. Il s’agit d’un récit précis, concis et vivant de la cure de Louange, un enfant ravagé par le processus autistisant depuis son plus jeune âge. Christine Bouyssou-Gaucher, sa psychanalyste, nous raconte en détail l’évolution de cet enfant pendant de nombreuses années. En plus d’être une démonstration éblouissante de l’efficacité de la psychanalyse dans l’autisme, ce livre est un outil pour tous les praticiens qui voudraient s’y engager. Les parents aussi peuvent lire ce récit pour s’en nourrir, tant le message d’espoir qu’il contient est basé sur une réalité clinique palpable et partageable.
Christine Bouyssou-Gaucher est psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle vit et travaille à Paris. Louange, l’enfant du placard est son premier livre. »
Article de par J-C Maleval et M. Grollier – Mediapart