Lundi 23 mars 2020, Conférence gesticulée « Rassurez-vous, vous êtes suivis » Par Clément Cappe, de 20h30 à 22h30, à l’Espace Quinière à Blois

En partenariat avec l’Alep (Association de loisir et d’éducation populaire) de Blois
conf_clement_cappe_ptite_lux-dc0ba9v
« J’ai fait un petit séjour à l’Hôpital Psychiatrique, j’ai rencontré quelques institutions civiques, et aujourd’hui j’me dis que : faut qu’on s’applique à se réapproprier collectivement le schmilblick !
Alors entre vous et moi, je mets mon je en jeu, tapis ! Et tant pis pour mes émois, j’prends mon errance par les cornes, et j’en joue une conférence en corps ! »
Tarif : 3€ adhérent.e.s / 5€ non-adhérent.e.s
Plus d’informations sur : https://www.alep-blois.fr/conferences/
Les semaines d’information sur la santé mental seront l’occasion d’autres évènements à l’initiative de l’ÉPIC.

 

Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) se déroulent chaque année en France.

Elles ont pour but de sensibiliser l’opinion publique et déstigmatiser les personnes souffrant de troubles psychiatriques.
Afin d’atteindre ces objectifs, des animations et conférences sont organisées partout en France.

Cette année, les SISM lancent leur 31ème édition sur le thème « Santé Mentale et discrimination » et se dérouleront du 16 au 29 mars.

 

Lundi 10 février 2020, avec Christine Gaucher, autour du livre : « Louange, l’enfant du placard. Psychothérapie analytique d’un enfant autiste », de 21h à 23h, à la Haute-Pièce

9782917714225-475x500-1
Accessible et remarquable, un ouvrage retraçant les processus de construction et de développement du psychisme d’un enfant autiste au cours d’une prise en charge de plusieurs années en CMP.
« Voici un livre touchant et profond qui va réjouir nos contemporains qui estiment que la psychanalyse a quelque chose à proposer pour les enfants autistes, et plus largement, tous ceux auxquels rien de ce qui est humain n’est étranger. Il s’agit d’un récit précis, concis et vivant de la cure de Louange, un enfant ravagé par le processus autistisant depuis son plus jeune âge. Christine Bouyssou-Gaucher, sa psychanalyste, nous raconte en détail l’évolution de cet enfant pendant de nombreuses années. En plus d’être une démonstration éblouissante de l’efficacité de la psychanalyse dans l’autisme, ce livre est un outil pour tous les praticiens qui voudraient s’y engager. Les parents aussi peuvent lire ce récit pour s’en nourrir, tant le message d’espoir qu’il contient est basé sur une réalité clinique palpable et partageable.
Christine Bouyssou-Gaucher est psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle vit et travaille à Paris. Louange, l’enfant du placard est son premier livre. »
Article de par J-C Maleval et M. Grollier – Mediapart

Lundi 13 janvier 2020, Milles Lectures d’hiver, au Train Vert, de 21h à 22h

Dans le cadre des Mille Lectures d’hiver, la comédienne Isabelle Deltombe fera une lecture du livre :
« Le sport des rois », de C.E. Morgan, roman finaliste pour le Prix Pulitzer de fiction en 2017
product_9782072780219_195x320
Le livre plonge les lecteurs dans une fresque familiale sur trois générations dans le Kentucky et l’Ohio. Portant sur la quête d’une famille engagée dans les courses de chevaux, le récit dresse un tableau dense et puissant des États-Unis en prise avec ses rapports de domination : ségrégation raciale, esclavage, misogynie. Chronique de violences et d’un bonheur toujours frôlé, un texte tout en ombres et en espoirs.

 

Invitation à l’Assemblée Générale de l’EPIC Lundi 18 Novembre 2019 à partir de 18h30 A l’étage du Train Vert, salle 311 Clinique de la Chesnaie, Chailles

GetInlineAu plaisir de vous y retrouver nombreuses et nombreux.

Chèr(e) Adhérent(e)s,

L’association de l’Épic vous invite à son Assemblée Générale

Les membres actuels du conseil d’administration sont :

Colette SUHARD: Présidente

Nathalie GISBERT: Vice-présidente

Coline MORIN REPINCAY: Trésorière

– Gwenvael LOARER : Secrétaire

Jean-Clément LAVIEILLE : Vice-secrétaire

Jean-Marie LAURENT: Vice-secrétaire

– Jean-Louis PLACE : Membre de droit

 Angélique THEBAULT, Antoine LEGOUX, Anne-Marie HAAS & François AUBRY

Ce sera l’occasion de vous présenter notre rapport d’activité, rapport moral ainsi que notre bilan financier. Nous vous proposerons des réflexions sur les orientations et les projets à venir de l’association.

Concernant le renouvellement du conseil d’administration il y a plusieurs personnes sortantes, et donc des fonctions à pourvoir. N’hésitez pas à faire acte de candidature, dès à présent, pour participer à la suite de l’aventure de cette association.

 

L’assemblée générale, sera suivie d’une collation.

 

Nous comptons sur votre présence, merci de nous informer de votre venue ou en cas d’indisponibilité ce jour-là, de nous faire parvenir votre pouvoir pour voter (coupon ci-joint à remplir) avant 11 novembre 2019.

Épicalement

Le CA de l’ÉPIC


PROCURATION

Prénom NOM : ……………………………………………………………………………….………………………………………

Déclare donner procuration pour mon vote à l’Assemblée Générale de l’ÉPIC du 18 novembre 2019 à :

Prénom NOM : ……………………………………………………………………………….………………………………………

Date : ………………………………

Signature :

 

Lundi 14 octobre 2019, de 21h à 23h à la Haute-Pièce, rencontre avec Yvan AMAR autour des  » mots de l’actualité »

Comment parle-t-on du monde d’aujourd’hui ? Certainement avec des mots bien différents de ceux qu’on employait il y a quelques dizaines d’années !

Un couteau suisse au gouvernement ? Une Dame de fer à sa tête ? Fake news que tout cela ? On entend bien que l’actualité nous accroche grâce à des expressions portées par la mode. Notre appétit d’information, et parfois la complaisance des médias développent un langage spécifique mais qui vieillit vit : les zadistes sont jeunes, et les pussy riots davantage.

La langue de l’actualité donne donc une bonne image de la société. Mais c’est une perverse : elle structure et reconstruit cette réalité sociale. Un peu plus, elle penserait à notre place ! Et paradoxalement ces mots qui nous endorment peuvent nous réveiller si on les scrute avec assez d’attention !

On révèle nos hypocrisies quand on bute sur les euphémismes les plus courants : l’injection létale – celle qui va tuer le condamné à mort – se fait sans une goutte de sang ! On découvre ainsi un univers pétri de tous les snobismes et parfois de toutes les prises de conscience qui nous agitent, fait de me too et d’obsolescence de people et de pantouflage.

Alors les formules sont très diverses : certaines brillent par leur accent étranger (making of ou tsunami), d’autres sont nées hors de France (le balai citoyen vient du Burkina Faso) ; l’infox est toute neuve et le premier faiseur de roi tutoyait Hughes Capet !

Enfin cette danse des mots nous met en face d’un monde aux mutations profondes : si l’on s’inquiète du climat aujourd’hui, on a autre chose en tête que le prochain déjeuner sur l’herbe.

Yvan AMAR, linguiste et journaliste, travaille depuis longtemps à la radio, sur RFI (Radio France Internationale) et France Musique, après plus de vingt ans passés à France Culture.

A côté d’émissions consacrées à l’histoire et à l’actualité du jazz, il réfléchit aux usages et aux mutations du français, dans son berceau natal, la France, et dans les espaces francophones où ses usages sont très différents et très nombreux. Il tient sur RFI une chronique quotidienne, consacrée aux « Mots de l’actualité » (Ecoutez en Podcast).

Plan B, Première Dame, récession, cerise sur le gâteau, ministère régalien, glamour et géométrie variable… L’actualité résonne tous les jours d’expressions au sens plus ou moins précis qui nous informent, nous étonnent et parfois nous endorment… D’où viennent-elles ? Que signifient-elles ? Il ne s’agit pas de faire le puriste, ou d’être le gendarme du « bon français », mais simplement de s’orienter dans l’usage de ces formules, de clarifier leur niveau de langue, leurs sous-entendus perfides ou élogieux. Les Mots de l’Actualité est donc une chronique quotidienne de trois minutes qui les explique, les déchiffre, les explique avec un sourire pétillant. Diffusion du lundi au vendredi à 03h37 TU, 12h36 TU et 22h24 TU → Heure de Paris = TU +2 en été.

Lundi 30 septembre 2019, à 16h30 à la Haute-Pièce Projection du film « Nos vies formidables » de Fabienne GODET puis de 21h à 23h à la Haute-Pièce rencontre avec une équipe du centre de MARMOTTAN de Paris

Projection du film « Nos vies formidables » de Fabienne GODET

Bande annonce

Margot, Jérémy, Salomé, César, Sonia…Ils ont entre 18 et 50 ans. Tout les sépare, sauf l’urgence de se reconstruire et de restaurer la relation à l’autre que l’addiction a  détruite. Solidaires, ils ont comme seules règles le partage, l’honnêteté, l’authenticité, la sincérité, l’humanité. Une bande incroyable de vivants qui crient haut et fort qu’on s’en sort mieux à plusieurs que seul.

« La cinéaste filme la détresse, la honte et la résilience avec une sensibilité remarquable. » Guillemette Odicino – Telerama

Suivie d’une discussion avec l’équipe du centre Marmottan de Paris

 

Pour info…

GetInline

Les 29èmes Journées d’étude PSYPROPOS sur le thème : « PENSER L’INTIME. RESPECTER L’OPACITÉ D’AUTRUI. » se tiendront le
– samedi 5 octobre 2019 à Blois (Auditorium de la Bibliothèque Abbé
Grégoire)
– samedi 14 décembre 2019 à Orléans (Musée des Beaux Arts).

Programme

Samedi 5 octobre 2019 à l’Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire, BLOIS
(Place Jean Jaurès, Proche de la Halle aux Grains)
Accueil des participants : 9h30
La Librairie Labbé proposera les ouvrages des intervenants
Modération de la matinée : Elisabeth Batier et Michel Lecarpentier
10h : Présentation de la journée : Michel Lecarpentier.
10h30 : Patrick GEFFARD (maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à
l’université Paris 8) « Pédagogie institutionnelle et dispositifs d’accueil de l’intime et
de l’Inconscient »
11h10 : Débat
11h20 : Olivier BARBARANT (Poète) : « Partager l’intime ? Une éthique de l’écriture. »
12h00 : Débat
12h10 : Marie-Christine HIEBEL (Directrice d’Hôpital, Directrice d’EHPAD)
« L’intime et le désir: à la source du mouvement de l’existence dans la dépendance et le grand âge »
12h50 : Débat 13h 00 pause déjeuner
Modération de l’après-midi : Monique Moussier et Michel Lecarpentier
14h30 : José MOREL CINQ MARS (psychologue clinicienne) « Soupirer, chantonner, marmonner : les échappées de l’intime. »
15H10 : Débat
15H30 : Cynthia FLEURY (Philosophe, Psychanalyste, Professeur titulaire de la Chaire
« Humanité et Santé » au CNAM, Fondateur de la Chaire de Philosophie à l’Hôpital) : « L’intime, ce qui résiste au sujet ? »
16h10 : Débat et Conclusions
16H45 : Clôture de la journée

Samedi 14 décembre 2019 au Musée des Beaux Arts, Orléans (1, rue Fernand Rabier)
Accueil des participants : 10h
La Librairie Les Temps Modernes proposera les ouvrages des intervenants
Modération de la matinée : Michel Lecarpentier et Elisabeth Batier
10h45 : Laurence CORNU (Professeur émérite Université de Tours, recherche
« Éducation, Éthique, Santé ») « Terrier, replis, « extime » – espèces d’opacité de l’intime.»
11h30 : Débat
11h50 : Chantal LHEUREUX DAVIDSE Maître de conférence Université Paris 7 Diderot.
Psychologue Clinicienne, Psychanalyste. « Partager le vécu intime des personnes dans la clinique de l’autisme. »
12h30 : Débat
13h : Pause déjeuner
Modération de l’après-midi : Marie-Christine Hiebel-Barat et Michel Lecarpentier
14h 45 : Jean-François REY (Professeur honoraire de Philosophie) : « L’intime entre confession et intrusion »
15h30 : Débat
15h50 : Christophe BOULANGER (Conservateur au LAM Villeneuve d’Ascq) : « Art brut et paysages de l’intime à partir d’Aimable Jayet »
16h45 :Débat
17h 15 : Clôture de la Journée

Bulletin d’inscription
A renvoyer dès que possible (par défaut sur place) à PSYPROPOS 120, route de Tour en Sologne – 41700 COUR-CHEVERNY (Les montants comprennent l’inscription et
les actes des journées)
Nom: Prénom:
Adresse:
E-mail:
Adhésion annuelle (Soutien à l’association Psypropos) : 10 €
Inscription pour Blois & Orléans:
UNE JOURNEE BLOIS  OU ORLEANS  40€
– Tarif étudiant 25€
DEUX JOURNEES BLOIS ET ORLEANS  70€
– Tarif étudiant 40€

« PENSER L’INTIME. RESPECTER L’OPACITÉ D’AUTRUI. »

« Que veut dire penser ? », « qu’appelle-t-on penser ? » Heidegger, après son passé tragiquement aliéné au nazisme, rencontre dans son élaboration en 1951 « le caractère de cheminement du penser ». Oury, qui aimait citer Machado, était sensible à cette proposition : « le chemin se fait en marchant ». Il ajoutait que « le penser est inconscient » : chacun essaie de traduire ce qu’il pense penser. Lacan commentant Descartes, en vient à dire : « ça pense là où je ne suis pas ». Ils étaient bien d’accord pour partager cette hypothèse sans l’hypostasier, la chosifier. Cette greffe conceptuelle, cet ouvert, permet de continuer à se questionner sur ce qui compte en chacun, et qui est structurant plutôt que structuré.
L’intimité : « Être au plus proche de ce qui est le plus lointain chez l’autre ». Qu’est-ce que l’intime ?
Tosquelles disait paradoxalement : entreprendre une psychanalyse, lieu intime s’il en est, c’est rendre publique quelque chose. Le journal intime ne supporte pas l’effraction.
Les métiers de l’instruction, l’éducation, l’accueil de la souffrance ou des demandes personnelles, tout comme la fréquentation que permettent les structures instituées, qu’elles soient familiales, scolaires, sanitaires, sociales, etc. mettent en jeu la question de comment quelqu’un s’investit en investissant cet espace dédié. L’intime se manifeste de façon plus ou moins directe ou indirecte dans cette manière d’adresse qui devient publique. La logique des forces mettant en mouvement la structuration psychique permanente vient rencontrer le réel socio-économique qui offre sa modalité formelle cadrant juridiquement l’échange contractuel.
Nous le savons, l’économie de marché domine le style de l’échange jusque dans les lieux qui recueillent ceux qui « tombent hors du monde » dans le champ concurrentiel qui sélectionne les bénéficiaires et les ayant droit. Potestas et auctoritas peuvent conduire à « la vie nue » comme le disent Benjamin et Agamben dans leur chemin commun. Comment « devenir auteur de soi-même » quand chacun se trouve être pris avant tout dans une assignation statutaire qui donne juste une place dans le processus productif.
Comme disait Marx « le fétichisme de la marchandise » devient celui de la chosification de l’humain.
Nous avons entendu que « l’Homme n’est pas une marchandise comme les autres », mais aussi que «quand c’est gratuit, c’est toi le produit ! ». Nous sommes tous des produits : les nouveaux métiers se présentent comme en rupture conceptuelle et épistémologique dans le post-modernisme anhistorique et présentiste. La mobilité exigera de changer plusieurs fois de métier, de région, d’amis, y compris pour les enfants dont les parents les emmèneront dans ce nomadisme exigeant, perdant tout ancrage existentiel et voués à l’exil cruel de la recherche du travail.
Les jeunes gens commencent à marcher dans les rues pour dire leur préférence pour construire le monde avec les autres et en cheminant avec eux plutôt que d’assister à la destruction promise par l’industrie du fétichisme marchand. Nous les entendons affirmer leur désir intime de renoncer à ce miroir aux alouettes où l’horreur se perçoit. Une logique négative d’auto affirmation leur fait penser infléchir leur ligne d’existence pour ne pas être complice de la destruction. Il en va de leur estime de soi, de leur remise en question de l’anonymat statutaire : une position éthique où leur responsabilité intime leur fait penser à autrui, y compris les plus lointains de leurs frères en humanité. Les hypothèses des civilisations diversifiées se tendent ou s’homogénéisent dans la novlangue internationale, comme s’homogénéisent les « disparités subjectives » dans les logiques inclusives oubliant le singulier pour valoriser le particulier.
Cette transparence qui devient la norme est tout le contraire de l’intime désirant, si opaque à chacun et pour chacun, grâce auquel l’existence prend sens.
Psypropos se proposera cette année d’explorer les cheminements nécessaires en tout lieu, pour respecter cette opacité afin que « « je » puisse advenir » qui est le cheminement précaire du processus d’humanisation en chacun, facilité ou empêché au contact les uns des autres.
Comité d’organisation :
Patrice Baert, Élisabeth Batier, Frédéric Godard, Marie-Christine Hiebel-Barat, Éléonore Lafond-Franceschini, Michel Lecarpentier, Sylvie Misek, Monique Moussier, Valérie Viginier, Alexandra Wertheim.